La Route romane un rêve d’architecte

©  RAN
© RAN
A-  |  A+
Un parcours qui ne vous laissera pas de pierre. Les monstres, démons et merveilles sculptés sur les façades ou à l’intérieur des églises romanes de la région témoignent d’une vitalité créatrice qui prend sa source dans une foi chrétienne plongeant ses racines dans les siècles reculés du Moyen Âge.

En Alsace, l’art roman débute au 11e siècle. Une première période qui connaîtra son apogée lors de la « tournée de consécration » du pape alsacien Léon IX dans sa région natale en 1049. L’âge d’or viendra aux 12e et 13e siècles avec l’ascension de la lignée des Hohenstaufen, empereurs du Saint-Empire romain germanique, et en particulier le règne de Frédéric Ier dit Barberousse. Les évolutions, hormis celles des structures architecturales et l’emploi de la pierre de taille dédiée aux façades extérieures, concernent, pour la partie la plus « visible », les motifs décoratifs sculptés. On assiste à la naissance d’un bestiaire fabuleux, à l’apparition de figures en ronde-bosse, et l’homme est représenté face à ses faiblesses et au poids de sa condition humaine.
La tradition romane se poursuivra jusque vers 1225, date d’arrivée du premier atelier gothique sur le chantier de la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg.
Une Route Romane d’Alsace, créée en 1999, permet de découvrir cet héritage peu connu du patrimoine architectural alsacien. L’Itinéraire parcourt la région, du nord au sud, sur plus de 120 sites répertoriés, des plus fameux aux plus confidentiels. Dix-neuf de ces étapes, de Wissembourg à Feldbach, ont été recensées pour constituer les haltes majeures d’un circuit à la richesse inépuisable.

Coordonnées

03 90 41 02 01

Association Arts et Lumières en Alsace


Focus

Le ciel seul maître à bord

Le 11e siècle européen assiste à l’effondrement de l’empire carolingien. Sauf chez nos voisins germains. Plus de pouvoir royal digne de ce nom. Aussi, le clergé s’engouffre dans cette faille étatique pour établir sa propre suprématie. A la fois économique, politique, spirituel, le poids des hommes de Dieu s’imposera aux petits seigneurs féodaux pour leur signifier qu’ils n’auront désormais d’autre chef que celui d’En Haut. L’architecture de leurs églises le rappellera au besoin avec une galerie phénoménale de monstres et de créatures fantastiques pour que le commun des mortels vive dans la crainte du châtiment céleste. Et on lui donnera à toucher les reliques des saints pour demeurer sur la bonne voie.