JJ Henner mis à l’honneur

Musée des Beaux Arts © Catherine-Kohler
Musée des Beaux Arts © Catherine-Kohler
A-  |  A+
Accès au contenu enrichi :Vidéo
Surnommé « Le dernier des Romantiques », Jean-Jacques Henner, né le 5 mars 1829 à Bernwiller dans le sud de l'Alsace, est issu d’une famille de cultivateurs. Après l’annexion de la région par l’empire allemand en 1871, il choisit la nationalité française.

Il conservera néanmoins des liens très forts avec sa terre d’origine et y retournera régulièrement. Jeune étudiant, il sera bien vite remarqué par Charles Goutzwiller, son professeur de dessin au collège d’Altkirch. Puis il devient l’élève de Gabriel Guérin à Strasbourg avant de poursuivre ses études à l’École des Beaux-Arts de Paris. Sa carrière connaîtra un couronnement avec le Grand Prix de Rome de peinture en 1858. A la clé, un séjour de 5 ans à la Villa Médicis. De retour en France, Jean-Jacques Henner devient un portraitiste fort prisé, distingué en 1903 par le plus haut grade de la Légion d’Honneur.
Le musée des Beaux-Arts de Mulhouse consacre une salle entière au génie pictural de l’enfant du pays, abritant la plus grosse collection de Henner en province.
L’artiste, peintre de l’incarnation n’ayant jamais renié ses origines rurales, a abondamment croqué des portraits de membres de sa famille. De même ceux d’amis artistes, de gens du Sundgau, de bienfaiteurs ou encore d’énigmatiques femmes à la crinière rousse et au teint d’albâtre telles « Lola », « La Fileuse » ou la « Petite Bergère ».


J.-J. H. dans les musées du cru

En Alsace, les œuvres du maître sont également visibles au Musée Unterlinden de Colmar, au Musée sundgauvien d’Altkirch, au Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg et au Musée des Amis de Thann.

Vidéo


Focus

L’Alsacien consacré dans la capitale>

Parisien d’un jour ou de toujours, vous ne manquerez pas de vous rendre au Musée national Jean-Jacques Henner situé avenue de Villiers, dans le 17e arrondissement. Les œuvres de ce « peintre officiel » du 19e siècle se chiffrent, dans ce prestigieux hôtel particulier, à plus de 400. Son tableau le plus inspiré demeure l’allégorie de la tragédie historique vécue par la France lors de la défaite de 1871, intitulée « L’Alsace. Elle attend ».

A Paris toujours, on ne manquera pas d’aller admirer son imposant tableau ayant remporté le Grand Prix de Rome. Cette création représente « Adam et Eve trouvant le corps d’Abel ». Elle est conservée à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts.

Site Internet : www.musee-henner.fr